COMMENT CHOISIR SON TRÉPIED

Il existe plusieurs types de fixations au choix
Le serrage des pieds peut être tubulaire avec blocage à vis ou profilé avec blocage par leviers. Dans le premier cas le serrage de la vis est parfois difficile et peut faire mal aux doigts mais le pied est en général plus lourd, plus stable et plus durable. Dans le deuxième cas, le blocage et le déblocage est plus facile et rapide mais plus fragile.
Certains trépieds disposent de leviers de verrouillage rapides pour ajuster le trépied rapidement et facilement. Des prises en mousse en haut de chaque pied permettent également un repositionnement confortable du trépied.
Le mieux est de tester la manipulation de votre trépied et de s'assure que sa prise en main ne vous pose pas de difficultés.
La question à se poser :
"vais-je devoir manipuler rapidement mon trépied ou serai-je plutôt dans la recherche de la précision ?"
Photo 1
Le choix du trépied n'est pas à prendre à la légère car ce matériel est bien souvent beaucoup plus pérenne que votre appareil de prise de vue.

LE TYPE DE PIED : TRÉPIED OU MONOPODE ?
Le monopode : Un usage complémentaire du trépied
Les utilisations de ces deux types de supports sont différentes et se complètent : un monopode sera utile en condition de reportage avec peu de place (par exemple un concert), ou pour aider le photographe à porter le poids de l'appareil photo lorsque celui-ci est équipé de lourds téléobjectifs. Mais il ne sera jamais aussi stable qu'un trépied, idéal pour toutes les autres situations de prises de vue nécessitant un pied.
Son prix faible et sa grande maniabilité le rendent très intéressant pour la photo de sport ou la photo animalière par exemple, mais il ne suffira pas pour faire des photos en conditions de faible luminosité.
La question à vous poser : "est-ce qu'un monopode suffirait pour réaliser mes prises de vues ?"
Photo 2

LA CHARGE MAXIMALE ADMISE
Un trépied en adéquation avec votre APN
Un trépied est composé d'une rotule sur laquelle est fixé le boîtier et du trépied lui-même. Parmi les caractéristiques à prendre en compte, se trouve l'indication de poids maximal supporté par ces deux éléments. Ils doivent supporter un poids maximal supérieur à votre APN équipé d'un flash et d'un gros objectif.
Notez que vous trouverez aussi beaucoup de trépieds légers avec tête intégrée à des prix alléchants : ces derniers ont une utilisation vraiment limitée et ne sont efficaces que pour des compacts ou des usages ponctuels. Nous ne saurons que trop vous conseiller d'investir dans un matériel plus durable et réellement utile si vous possédez un reflex.  Par ailleurs, avec une tête amovible, vous pourrez faire évoluer votre trépied par la suite.
La question à vous poser : "quel est le poids maximal de mon matériel photo ?"
Prévoyez large afin d'être sûr que votre trépied suffise en toutes circonstances.
Photo 3

LA HAUTEUR
Trois hauteurs à prendre en compte
La fiche technique d'un trépied comprend :
la hauteur maximale, qui correspond à la hauteur lorsque le pied est déplié avec la colonne centrale complètement levée. Attention car l'usage de cette dernière rend le pied moins stable. Il vaut donc mieux compter sur une hauteur de trépied dépliée arrivant à la hauteur de vos yeux sans compter la colonne centrale.
la hauteur minimale, qui correspond à celle à laquelle on peut fixer l'appareil au plus bas. Elle est intéressante pour les photos macro par exemple, lorsque vous devez vous mettre près du sol.
la hauteur lorsque le trépied est plié, qui donne une indication de l'encombrement du trépied lorsque vous le transportez.

Les questions à vous poser : "Quelle est la hauteur de mes yeux ?
Vais-je faire beaucoup de photos au ras du sol ? Vais-je devoir porter souvent mon trépied ?
Photo 4
Comparaison de hauteurs entre le pied MTL9251B et le MTL9271B de chez Giottos.

LA STABILITÉ
Un compromis à faire
Vous allez devoir choisir entre l'encombrement ou la stabilité de votre trépied et faire un compromis entre le poids maximal que vous être prêt à porter et la solidité minimale que vous souhaitez obtenir.
Ainsi, un trépied lourd sera plus stable et résistera par exemple aux rafales de vent ou aux vibrations du sol si vous faîtes des photos au bord d'une route... En contrepartie, il sera plus pénible à transporter, et cela risque de vous décourager si vous devez le portez sur de longues distances.
A l'inverse un trépied plus léger vous donnera envie de le prendre plus souvent lors de vos déplacement mais risques de ne pas remplir sa fonction s'il n'est pas assez stable.
Notez que certains trépieds possèdent un crochet sous la rotule entre les pieds pour y accrocher votre sac photo et le stabiliser ainsi d'avantage. Cela peut-être un bon moyen pour alourdir un trépied léger à la base.

La question à se poser :
"ai-je besoin d'une stabilité absolue ou est-ce que je préfère un trépied plus léger à transporter ?"
Photo 5
Les trépieds de la gamme pro "Magnesit" de la marque Cullmann sont équipés d'une colonne centrale avec crochet pour lester le pied et en augmenter la stabilité.

LE SYSTÈME DE BLOCAGE DES PIEDS
Plusieurs types de fixations au choix
Le serrage des pieds peut être tubulaire avec blocage à vis ou profilé avec blocage par leviers. Dans le premier cas le serrage de la vis est parfois difficile et peut faire mal aux doigts mais le pied est en général plus lourd, plus stable et plus durable. Dans le deuxième cas, le blocage et le déblocage est plus facile et rapide mais plus fragile.
Certains trépieds disposent de leviers de verrouillage rapides pour ajuster le trépied rapidement et facilement. Des prises en mousse en haut de chaque pied permettent également un repositionnement confortable du trépied.
Le mieux est de tester la manipulation de votre trépied et de s'assure que sa prise en main ne vous pose pas de difficultés.

La question à se poser :
"vais-je devoir manipuler rapidement mon trépied ou serai-je plutôt dans la recherche de la précision ?"
Photo 6
Le trépied aluminium series 3 Baby systematic GT3320BS de Gitzo possède un blocage tubulaire. Le trépied Modo 785B de chez Manfrotto, un blocage à vis avec levier.

LA COLONNE CENTRALE
Un élément qu'on va utiliser plus souvent qu'on ne croit
La colonne centrale permet d'ajuster rapidement la hauteur du trépied lorsqu'il ne manque que quelques centimètres de haut.
Elle peut être :
à friction, elle se règle alors avec une vis de serrage qui frotte sur la colonne.
ou à crémaillère, la hauteur se règle alors d'une seule main avec plus de précision.
Sur certains modèles, la colonne peut même se plier, se retirer et s'inverser permettant ainsi de placer l'appareil tête en bas entre les jambes du pied, ce qui est pratique lorsque l'on veut photographier un sujet près du sol sous la hauteur minimale du trépied.
la question à se poser :
"comment et sur quelle distance transporterez-vous votre trépied ?
Quel est votre budget ?"
Photo 7
Trépieds Manfrotto. A gauche une colonne centrale à crémaillère de la série "studio", à droite une colonne centrale à friction de la série "M-Y".

LE TYPE DE TÊTE

 

La tête compte autant que les jambes
Selon vos besoins, vous opterez pour une rotule ball ou une rotule à axes.
Avec la tête à axes 3D ou 2D (trois ou deux dimensions), on serre chaque axe d'inclinaison indépendamment par le biais d'une poignée, ce qui permet de contrôler avec précision son cadrage.  
Certaines rotules sont même équipées d'un niveau à bulle pour caler de manière sûr l'horizontalité et la verticalité de l'appareil. Il est surtout utile en cas de photographie d'architecture.
La rotule ball loge une boule dans une cavité contrôlée par un ou deux leviers de blocage maximum. Lorsque la boule est déverrouillée, il est possible de la bouger dans toutes les directions à la fois, ce qui est très pratique lorsque la rapidité de la prise de vue prime sur la précision.
Sur certains modèles, on peut contrôler la friction de la boule de manière à maintenir l'appareil tout en peaufinant les réglages.

Les questions à se poser : "vais-je devoir exécuter mes photographies dans l'urgence ou avec précision ?"
Photo 8
Rotules de chez Giottos

LE MATÉRIAU
Un enjeu financier
Trois types de matériaux sont en général utilisés dans la construction des trépieds : l'aluminium, le magnésium et le carbone. Le choix du matériau joue sur la rigidité du trépied.
Les trépieds grands publics sont généralement en aluminium car c'est le matériau le moins onéreux tout en étant robuste.
Les trépieds en fibres de carbone sont deux fois moins lourds que ceux en aluminium, sont plus faciles à manipuler par grand froid et absorbent mieux les vibrations. Mais ils sont plus chers.
En effet les différences de matériaux jouent directement sur le coup final du trépied.
Enfin, certains matériaux résistent mieux à l'humidité et aux moisissures et sont indispensables pour les prises de vue en conditions extrêmes comme les photos marines et les photos animalières en environnement humide.

La question à se poser : "quel budget suis-je prêt à mettre dans mon trépied ?"
Photo 9
Kit Ocean traveler Carbone 6x série 1 de Gitzo. Son acier inoxydable résiste à tous les types de climats et de conditions météorologiques défavorables.

LA COMPACITÉ ET LA FLEXIBILITÉ
Parce qu'il va bien falloir le porter
Les jambes d'un trépied sont composées en général de 2, 3, ou 4 sections. Il faut savoir que plus on utilise de sections, moins le trépied est stable mais plus il est compact lorsqu'il est replié.
Enfin, le trépied doit pouvoir s'adapter à tous les terrains que vous parcourrez et permettre un maximum de positions possibles. Si vous voulez vous approcher du sol, la colonne doit pouvoir s'inverser, voire se fixer à l'horizontale et les jambes doivent pouvoir se déployer à 90° pour s'approcher au plus près du sol.
A noter que certains modèles ont les jambes qui se replient même à 180° pour gagner encore plus d'espace pour le rangement.

la question à se poser : "vais-je emporter mon trépied en voyage, sur des terrains accidentés ?"
Photo 10

LES SUPPORTS ALTERNATIFS ET ACCESSOIRES
Des outils qui peuvent servir
Pour vous simplifier la vie, il existe un grand nombre d'équipements correspondant à des attentes particulières dont voici un listing non exhaustif, qui a juste pour objectif de vous prévenir que ces outils existent :
des mini tripode pour la prise de rapprochée ou l'auto-portrait,
des têtes motorisées et télécommandables pour réaliser par exemple des prises de vue à distances (cas de photographie animalière),
des têtes dédiées à la photo panoramique pour avec des incrémentations pour garder un espace identique entre les photos,
des poignées de rotules ball en forme de joysticks, très
maniables et pratiques,
des têtes spéciales pour monopode qui permettent de faire de la  prise de vue en verticale,
des lanières, attaches pour sac photo, ou sacs de transport pour trépieds parfois bien utiles et justifiant un prix plus élevé.
Photo 11