Le Mexique, officiellement (selon la Constitution mexicaine de 1917) les États-Unis mexicains, est une république constitutionnelle fédérale d’Amérique du Nord à régime présidentiel située au sud des États-Unis d'Amérique, dont il est en partie séparé par le Río Bravo, et bordé au sud par le Guatemala et le Belize.
Avec 112 336 538 habitants selon le recensement de 2010, dont plus de 20 millions dans l'aire urbaine de sa capitale, Mexico, le Mexique est le plus peuplé des pays d'expression espagnole. Selon une estimation du Conseil national de la population (Consejo Nacional de Población - CONAPO) la population du Mexique atteindrait les 116,9 millions à fin 2012.

Le Mexique est le troisième plus grand pays d'Amérique latine (après le Brésil et l'Argentine) et le deuxième plus peuplé (après le Brésil).
En 2011, il est la quatorzième puissance économique mondiale avec un produit intérieur brut de 1 185 milliards de dollars (chiffres FMI).

Avant l'indépendance de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne, il fut décidé que le pays prendrait le nom de sa capitale, Mexico. En réalité, le nom de la ville était Mexico-Tenochtitlan, en référence à la tribu aztèque nahua, les Mexicas.
L'origine du nom de la tribu lui-même est assez obscure. Le jésuite et historien Francisco Javier Clavijero soutient dans ses écrits que son nom dérive du mot nahuatl Mexitl ou Mexitli, un nom secret du dieu de la guerre, divinité tutélaire des Mexica6, Huitzilopochtli. Selon cette théorie, "Mexico" signifie "lieu [où vit] Mēxitli ou Mēxtli" ou "lieu où est construit le temple de Mexitli", en référence au Templo Mayor. Cette thèse était aussi partagée par Fray Juan de Torquemada ; toutefois Torquemada ajoute que Mexitli viendrait des mots metl ("agave") et xictli ("nombril"), et les premiers habitants s'appelèrent les Mexicatl. Selon cette version, cela signifierait "gens de Mexitli" ou traduit mot pour mot "lieu dans le nombril d'agave" ; cette interprétation est aussi soutenue par le franciscain Motolinia. D'autres historiens, comme Bernardino de Sahagún, José de Acosta et Diego Durán, avancent dans leurs travaux que "Mexico" vient de Mecitl ou Mexi, qui était le nom d'un chef et prêtre qui guida les premiers pèlerins, ces derniers étant appelés Mexicas, et par conséquent, ce mot signifierait "peuple de Mexi". Mexi est parfois aussi appelé Mexitl, mais ne doit pas être confondu avec le dieu Mexitli.

Certains experts, comme Alfonso Caso, ont suggéré que Mexico viendrait des mots metztli ("Lune"), xictli ("nombril", "centre", "milieu", "fils"), et du suffixe locatif -co. Par conséquent Mexico signifierait "lieu au milieu de la Lune" ou "lieu au centre du lac de la Lune", en faisant allusion au lac de Texcoco au milieu duquel a été construite la ville de Mexico. Cette version est fondée sur une légende aztèque qui raconte que lorsque les Mexicas arrivèrent pour la première fois au lac de Texcoco, ils virent la Lune qui s'y reflétait.

Le nom de la ville fut translittéré en espagnol (México) avec la valeur phonétique le x de l'espagnol médiéval, qui représentait la consonne fricative post-alvéolaire voisée /ʒ/, représenté par un j, évolua vers la consonne fricative vélaire sourde /x/ durant le xvie siècle7, qui conduisit à l'utilisation de la variante Méjico dans beaucoup de publications, en Espagne le plus souvent, tandis qu'au Mexique, México est restée la graphie préférée. Il y a quelques années, l’Académie royale espagnole, l'institution régulant la langue espagnole, statua que la graphie recommandée en espagnol serait México, et la majorité des publications dans tous les pays hispanophones adhèrent aujourd'hui à la nouvelle norme, même si la variante désuète se rencontre parfois. En français, le x de Mexico et de Mexique ne représente ni le son originel ni le son actuel, mais la consonne /ks/.

Relief
Le Mexique est traversé par deux principales chaînes de montagne : La Sierra Madre occidentale et la Sierra Madre orientale. La Sierra Madre occidentale à l’ouest est le prolongement de la Sierra Nevada de Californie et la Sierra Madre orientale à l’est est le prolongement des Montagnes Rocheuses du Nouveau-Mexique et du Texas. Entre les deux principales chaînes de montagnes se trouve le plateau mexicain. La cordillère néovolcanique marque la limite sud des Sierra Madres occidentale et orientale. Le Mexique compte également d’autres chaînes de montagne moins importantes comme la chaîne californienne, la Sierra Madre del Sur, la Sierra Madre de Oaxaca, la Sierra Madre de Chiapas, et la Meseta Central de Chiapas.
Le point culminant du pays est le Pic d'Orizaba, qui se dresse à 5 675 m.

Principales chaînes de montagne et plateau principal :
La Sierra Madre occidentale s’étend sur 1 250 km à 50 km au sud de la frontière avec les États-Unis et rejoint la cordillère néovolcanique après le Rio Santiago. Le Cordillère néovolcanique traverse le centre du Mexique d’est en ouest. Au Nord, la Sierra Madre occidentale est située à environ 300 km des côtes occidentales mais à proximité de la cordillère néovolcanique elle n’est plus qu’à 5 km de la côte pacifique. La Sierra Madre occidentale s’élève à environ 2 250 mètres d’altitude avec des sommets atteignant 3 000 m.

La Sierra Madre orientale commence à la frontière entre le Texas et le Mexique et continue sur 1 350 km jusqu’à atteindre le Cofre de Perote un des sommets principaux de la cordillère néovolcanique. Comme pour la Sierra Madre occidentale, la Sierra Madre orientale se rapproche progressivement des côtes en se rapprochant de l’extrémité sud. En effet, elle ne se situe plus alors qu’à 75 km du golfe du Mexique. La Sierra Madre orientale s’élève à environ 2 200 mètres d’altitude avec des sommets atteignant 3 000 mètres.

Le plateau mexicain s’étend lui aussi de la frontière avec les États-Unis jusqu’à la Cordillère néovolcanique et occupe une vaste superficie entre les Sierra Madres occidentale et orientale. Le plateau fut divisé par le passé entre la Mesa del Norte et la Mesa Centra, néanmoins aujourd’hui les géographes considèrent ces deux parties comme appartenant au même plateau.

Le nord du plateau s’élève à environ 1 100 mètres d’altitude et s’étend du rio Bravo jusqu’à l’État de Zacatecas et l’État de San Luis Potosí. La région compte de nombreuses dépressions dont la plus grande est le Bolsón de Mapimí.

Le sud du plateau est plus haut puisqu’il s’élève à environ 2 000 mètres. Il comporte de nombreuses vallées qui ont été formées par d’ancien lacs. Plusieurs des plus importantes villes mexicaines comme Mexico ou Guadalajara sont situées dans ces vallées.
La cordillère néovolcanique est une ceinture de 900 km de long et 130 km de large qui s’étend de l’océan Pacifique jusqu’au golfe du Mexique. La Cordillère commence au sud du Río Grande de Santiago et continue jusqu’à l'Etat de Colima où elle se dirige ensuite vers l’est en suivant le 19e parallèle pour finir au centre de l’État de Veracruz. La région est caractérisée par une activité sismique importante et compte les sommets volcaniques les plus hauts. La Cordillère possède trois sommets dépassant les 5 000 mètres d’altitude : le Pic d'Orizaba (Pico de Orizaba ou Citlatépetl) qui est le troisième plus haut sommet d’Amérique du Nord, le Popocatepetl et l’Ixtaccíhuatl qui sont tous deux près de Mexico. La Cordillère néovolcanique est considérée comme la division géologique entre l’Amérique du Nord et l’Amérique centrale.

Climat
Le Tropique du Cancer divise le pays en deux zones, l'une tempérée (climat subtropical humide) et l'autre au climat tropical. Le climat varie avec l’altitude. Les tierras calientes (terres chaudes), comprenant les plaines côtières, s’élevant jusqu’à environ 915 mètres. Au nord du 24e parallèle, les températures sont plus froides pendant les mois d’hiver, tandis qu’au sud, elles restent constantes le long de l’année. Elles varient néanmoins en fonction de l’altitude.
Les zones au sud du 27e parallèle :
Jusqu’à 1 000 mètres : (les côtes et la péninsule du Yucatan) ont une température moyenne comprise entre 24°C et 28°C. La température reste élevée toute l’année avec seulement 5°C de différence entre les moyennes de températures d’hiver et d’été.
De 1 000 à 2 000 mètres : la température moyenne est comprise entre 16°C et 20°C. Les villes et villages à cette altitude au sud du 24e parallèle jouissent d’un climat relativement constant et d’agréables températures tout au long de l’année alors que les régions au nord ont un climat aux variations saisonnières plus marquées.
Au-dessus de 2 000 mètres : la température moyenne est comprise entre 8°C et 12°C dans la cordillère néo-volcanique.

Les pluies varient beaucoup selon la situation géographique et les saisons. Aride ou semi-aride en Basse Californie, le Nord-Ouest de l’État de Sonora, les plateaux du Nord et une partie des plateaux du Sud. Il pleut dans ces régions en moyenne entre 300 et 600 millimètres par an. Dans les plateaux du Sud et notamment les régions les plus peuplées (comme Mexico et Guadalajara) il pleut en moyenne entre 600 et 1 000 mm. Les basses terres le long du golfe du Mexique reçoivent plus de 1 000 mm de pluies à l’année. La région au sud-est de Tabasco reçoit approximativement 2 000 mm de pluies à l’année. Il neige occasionnellement sur certains des plateaux du nord et des hauts sommets de la Sierra Madre Occidentale et de la Sierra Madre Orientale.
Saison humide ou saison des pluies :
Le Mexique connaît une saison humide (ou saison des pluies) et une saison sèche marquées. La saison des pluies dure, dans la majeure partie du pays, de juin à mi-octobre. Il pleut nettement moins le reste de l’année. Février et juillet sont respectivement le mois le plus sec et le plus humide. Par exemple, la ville de Mexico reçoit environ 5 millimètres de pluies en février et 300 mm en juillet. Les régions côtières, et spécialement celle du golfe du Mexique reçoivent leurs précipitations maximales en septembre. Tabasco enregistre plus de 300 mm de pluies pendant ce mois.
Une petite partie de la côte nord-ouest du Mexique autour de la ville de Tijuana possède un climat méditerranéen avec des brumes importantes et une saison des pluies en hiver.
Ouragans :
Le Mexique est situé dans la ceinture des ouragans et toutes les régions côtières sont susceptibles de subir une de ces tempêtes de juin à novembre. Les ouragans de la côte Pacifique sont moins fréquents et souvent moins violents que ceux qui affectent la côte est du pays. Plusieurs ouragans frappent chaque année les côtes du golfe du Mexique et de la mer des Caraïbes, avec des vents violents qui peuvent dépasser les 200 km/h, mettent en péril la vie des habitants et provoquent des dégâts importants aux hôtels et habitations de la région.