La Guadeloupe (Gwadloup en créole et, par abus de langage  
confondant les deux parties de l'île, Karukera en amérindien) est à la  
fois une région monodépartementale de l'Outre-mer français et une  
région ultrapériphérique européenne, située dans les Caraïbes ; son  
code départemental officiel est le "971".

Ce petit territoire des Antilles situé dans la mer des Caraïbes, se  
trouve à environ 6 200 km de la France métropolitaine, à 600 km au  
nord des côtes du Venezuela en Amérique du Sud, à 700 km à l'est de  
la République dominicaine et à 2 200 km au sud-est des États-Unis. Il  
se compose d'îles et îlets, dont deux majeures habitées : la Grande-
Terre et la Basse-Terre formant la Guadeloupe proprement dite.  
Plusieurs terres voisines, Marie-Galante, l'archipel des Saintes (Terre-
de-Haut et Terre-de-Bas) et La Désirade sont rattachées ad-
ministrativement à ce territoire.

Historiquement, la Basse-Terre est d'abord nom-mée "Karukéra", ("île  
aux belles eaux", en langue caraïbe); par les Amérindiens qui l'habitent  
et la Grande-Terre, "Cibuqueira", ("île aux gommiers", en langue  
caraïbe). La Rivière Salée, bras de mer qui les sépare coupant la  
Guadeloupe en deux, elle était appelée "aboukétoutou" qui signifiait  
"détroit". L'île prend le nom de Guadeloupe lorsque Christophe Colomb  
y aborde le 4 novembre 1493, en hommage à la Vierge protectrice des  
naviga-teurs, "Santa-Maria de Guadalupe".

Position de la Guadeloupe dans la mer des Caraïbes.
La Guadeloupe est un territoire de l'hémisphère nord situé dans les  
Caraïbes, entre le tropique du Cancer et l'équateur. Elle est positionnée  
à 16°15' de latitude Nord, soit la même latitude que la Thaïlande ou le  
Honduras, et à 61°35' de longitude Ouest, à peu près celle du Labrador  
et des îles Malouines.

Cette localisation place l'île à 6 200 km de la France métropolitaine, à 2  
200 km au sud-est de la Floride, à 600 km des côtes de l'Amérique du  
Sud, et plus précisément en plein cœur de l’arc des petites Antilles.

Afrique à 4 650 km
Amérique centrale à 1 900 km
Europe à 5 600 km
Amérique du Sud à 600 km
Barbade à 300 km
Amérique du Nord à 2 200 km
Antigua à 60 km
Dominique à 51 km

La Guadeloupe et ses dépendances dévoilent des paysages aussi bien  
variés que contrastés sur un ensemble composé de 1 628 km² de terres  
émergées.

D'une superficie de 1 434 km², la "Guadeloupe continentale" se  
compose de deux terres distinc-tes, qui sont séparées par un fin bras  
de mer n'excédant pas 200 mètres de large, appelé "la Rivière Salée".

La Basse-Terre à l'ouest, 848 km² (massif ovale de 45 km sur 20), est  
montagneuse et recouverte d'une forêt tropicale très dense du nord au  
sud, où abondent de nombreuses rivières et cascades.
D'origine volcanique (comme certaines îles voisi-nes de Dominique,  
Martinique et Sainte-Lucie), son plus haut sommet est le volcan en  
activité de la Soufrière culminant à 1 467 mètres, soit la plus haute  
altitude des petites Antilles. Comme dans la plupart des îles  
volcaniques, on y trouve aussi de nombreuses plages de sable noir et  
de sable roux.
La Grande-Terre à l'est, 586 km² (triangle d'environ 40 km de côté) est  
plate. L'eau douce de consommation y est amenée de l'île de Basse-
Terre par des canalisations sous le pont traversant la Rivière Salée qui  
sépare les deux terres.
Sur un substrat calcaire (comme les îles voisines d'Antigua ou  
Barbade), elle se compose d'une plaine bordée d'une mangrove au sud-
ouest, d'une succession irrégulière de mornes appelée les Grands Fonds  
au centre, et d'un plateau aride dentelé de côtes rocheuses et  
sauvages au nord. C'est sur le littoral sud de la Grande-terre, parsemé  
de plages de sable blanc à l'abri des récifs coralliens, que se  
concentrent les grandes stations balnéaires.
La Rivière Salée coulant sur un axe nord-sud selon les courants de  
marée constitue un bras de mer séparant les deux îles, dont la  
configuration font qu'elles sont souvent comparées aux ailes d'un   
"papillon" déployé sur la mer.
À peu de distance, les "dépendances administratives" (ou les îles du  
sud) se composent de plu-sieurs îles, d'une superficie globale de 194  
km² qui ne diffèrent pas beaucoup culturellement de la "Guadeloupe  
continentale", à l'exception des Sain-tes. Très récemment est apparu  
l'expression "archipel de la Guadeloupe" ou "îles de Guadeloupe" dans  
l'essor du tourisme, mais officiel-lement la Guadeloupe n'est pas  
reconnue comme étant un archipel au sens propre du terme. Dès lors,  
on parle de la Guadeloupe et de ses dépen-dances.

La Désirade, 21 km², est une île calcaire de forme allongée (11 km sur  
2 km), qui se présente comme un vaste plateau incliné vers le nord-
ouest. La Grande Montagne, qui atteint 275 mètres d'altitude, est son  
point culminant.
Petite-Terre, sont un petit archipel de 2 km² constitué de deux îlots  
Terre de Haut et Terre de Bas fermés par un récif corallien, situé à une  
dizaine de kilomètres au sud de la Pointe des Châteaux et de la  
Désirade dont il dépend administrativement.
Marie-Galante, 158 km², est une grande île formée sur un substrat  
calcaire vallonné, arrosé par l'alizé. Par rapport à sa forme arrondie (15  
km de diamètre), elle est surnommée la "Grande Galette ou l'île aux  
cent moulins".
Les Saintes se présentent comme un petit archipel de 9 îles arides et  
escarpées. Les deux plus grandes îles sont habitées : Terre-de-Haut,  
un îlet allongé de 5 km² à l'est, et Terre-de-Bas, l'îlet le plus grand de  
8 km² à l'ouest de l'archipel et de forme plus arrondie.
La Basse-Terre et les Saintes à l'ouest, sont issues de la formation  
d'une chaîne volcanique récente qui culmine à la Soufrière, alors que les  
autres îles à l'est sont d'origine corallienne. En raison de ses  
caractéristiques géologiques, les îles du départe-ment de la  
Guadeloupe sont classées en zone III d'après le zonage sismique de la  
France.

La Guadeloupe bénéficie d’un climat tropical tempéré par les influences  
maritimes et les alizés. On distingue deux saisons en Guadeloupe et  
dans les îles voisines :

Une saison sèche appelée "carême" qui va de janvier à juin.
Une saison humide dite "hivernage", qui s'étale de juillet à décembre.
Côté température, avec une moyenne de 27 °C, il n'y a que peu de  
différence entre les mois les plus chauds (de 25 °C à 32 °C) et les mois  
les plus froids (de 23 °C à 29 °C). La géographie spécifi-que de  
l'archipel, le contraste entre la Basse-Terre et la Grande-Terre, entraîne  
également un climat spécifique sur chacune de ces îles. La Grande-
Terre et ses plateaux calcaires connaissent régulièrement de sévères  
sécheresses, alors que dans le même temps, le relief perpendiculaire  
au flux des alizés de la Basse-Terre régule le régime des pluies. La  
température moyenne de l’eau de mer est de 28 °C.

L'île est sujette au passage des ouragans de mai à novembre. Ceux-ci  
se forment soit localement dans les Antilles, soit au large du Cap-Vert  
en Afrique et dérivent dans les alizés d'est.

L'archipel de la Guadeloupe est soumis à de nombreux risques naturels  
tels que les séismes, les tsunamis, les éruptions volcaniques ou les  
cyclones tropicaux. Il a fait l'objet d'un plan de prévention des risques  
spécifique.

Le 21 novembre 2004, les îles du département, notamment l'archipel  
des Saintes, furent frappées par un violent séisme atteignant la  
magnitude de 6,3 sur l'échelle de Richter et causant la mort d'une  
personne ainsi que de nombreux dégâts matériels.

Le séisme du 8 février 1843 est, à ce jour, le séisme connu le plus  
violent. Il a causé la mort de plus d'un millier de personnes ainsi que  
de très importants dégâts à Pointe à Pitre.