L'Égypte, en forme longue la République arabe d'Égypte, en arabe  
Gumhuriyyat Miṣr al-ʿArabiyyah (جمهوريّة مصر العربيّة), en arabe égyptien  
communément appelée Masr (مصر), est un pays d'Afrique du nord-est  
situé sur la côte sud de la Méditerranée orientale : le bassin Levantin.  
La partie nord-est du pays constituée par la péninsule du Sinaï se situe  
cependant en Asie. L'actuelle Égypte occupe l'espace géographique qui  
fut naguère celui de l'Égypte antique.

Avec plus de 84 millions d'habitants, l'Égypte est le troisième pays le  
plus peuplé d'Afrique derrière le Nigeria et l'Éthiopie. En très forte  
croissance, sa population a été multipliée par quatre en soixante ans.
Sa capitale est Le Caire (al-Qâhira, القاهرة). Si la langue officielle est  
l'arabe, la langue parlée est l'égyptien (arabe dialectal). Le siwi -  
tamazight (berbère) de l'ouest du pays - est toujours parlé à Siwa. Le  
copte, lui, survit en tant que langue liturgique des chrétiens d'Égypte.  
Quant au nubien, il demeure une langue parlée par les habitants de  
Haute-Égypte, dans la région d'Assouan, une région communément  
appelée Nubie. Sa monnaie est la livre égyptienne.

Histoire
Durant près de trois millénaires, la vallée du Nil vit prospérer une des  
civilisations les plus brillantes de l'Histoire. L'invention d'une écriture  
originale sous forme d'idéogrammes, les hiéroglyphes, peu de temps  
après l'apparition du cunéiforme en Mésopotamie vers -3300, fit sortir  
l'espèce humaine de la Préhistoire. Égypte des pharaons put ainsi  
largement s'épanouir pour atteindre son apogée au xiiie siècle avant  
notre ère, laissant une œuvre monumentale au patrimoine mondial.
Après de nombreuses invasions et occupations diverses  
(essentiellement Perses, Grecs, Romains et Byzantins), au ier siècle  
s'est formée la communauté chrétienne, convertie par saint Marc, les  
Coptes (déformation arabe du mot grec Aiguptios : Égyptien). Ils sont  
aujourd'hui plusieurs millions. Le pays passa ensuite sous domination  
arabe au viie siècle, puis ottomane.
Le royaume d'Égypte accède à l'indépendance en 1922. En dépit d'une  
longue tutelle ottomane puis britannique, sa culture reste aujourd'hui  
encore fortement marquée par l'identité arabe, dont le président Gamal  
Abdel Nasser fut l'un des plus célèbres pionniers.
De nos jours, l'Égypte s'inscrit dans un cadre politique moyen-oriental  
imprégné par ses nombreux conflits avec Israël. Outre ses ouvrages  
monumentaux tels que le canal de Suez ou le haut barrage d'Assouan,  
elle demeure mondialement connue pour ses richesses archéologiques  
présentes dans de prestigieux musées internationaux. La disparition de  
nombreuses archives fait cependant que son histoire reste  
fragmentaire, bien que l'évolution des technologies permette de mieux  
en saisir la grandeur et la portée.
En janvier et février 2011, une série de manifestations d'ampleur  
inégalée se déroulent à travers le pays et mènent à la démission du  
président Hosni Moubarak le 11 février. Les nouvelles élections  
législatives et présidentielle ont été remportées par le Parti de la  
liberté et de la justice, le bras politique des Frères musulmans.
On distingue généralement quatre régions : la Basse-Égypte, la  
Moyenne-Égypte, la Haute-Égypte et la Nubie.


Répartition inégale de la population égyptienne.
L'Égypte multiplie les extrêmes : pays arabe le plus peuplé, 90 % de sa  
population habite dans une bande de terre fertile qui longe le Nil (24  
km dans sa plus grande largeur près du Fayoum, en moyenne 10 km,  
mais peut n’avoir qu’une centaine de mètres). Le reste du territoire est  
désertique.
Au sud, le Nil se heurte à une barrière montagneuse ; à mesure qu'il se  
dirige vers le nord, le paysage devient de plus en plus plat et  
désertique.
Au nord du Caire, la vallée se transforme en un vaste delta de 200  
kilomètres de large, semblable à un grand éventail fertile plongeant  
dans la mer Méditerranée.
À l'est de la vallée se trouve le désert d'Arabie, à l'ouest le désert  
Libyque, plateau aride ponctué de formations géologiques bizarres et  
d'oasis luxuriantes.
À l'est, par delà le canal de Suez s'étend la péninsule du Sinaï,  
extension du désert d'Arabie, où le mont Sainte-Catherine culmine à 2  
642 m.

Grandes villes d'Égypte
Outre la capitale, Le Caire qui comprend également Gizeh, les grandes  
villes égyptiennes sont les suivantes : Alexandrie, Assouan, Assiout,  
Banha, Dahab, El Arich, El-Mahalla El-Kubra, Hurghada, Mansourah,  
Marsa Matrouh, Louxor, Karnak, Kôm Ombo, Port Safaga, Port Saïd,  
Charm el-Cheikh, Suez, Tanta, Zagazig, etc.

Climat
L’air y est particulièrement sec et salubre, et seul le Nil fait qu’on n’y  
retrouve pas totalement le climat saharien. En hiver, la température est  
douce et les gelées nocturnes sont exceptionnelles. Mis à part les mois  
de janvier, février et mars, parfois assez froids dans le nord, les  
températures moyennes avoisinent 20°C sur la côte méditerranéenne  
(maximales 31°C) et 28°C à Assouan (maximales 50°C). Dans le  
désert, les extrêmes sont de rigueur - incandescent le jour, glacial la  
nuit.
Devenue sensiblement plus humide depuis la construction du haut  
barrage, la Haute-Égypte ignorait pratiquement la pluie dans  
l’Antiquité, au point que celle-ci apparaissait comme un présage, en  
général funeste, aux yeux de ses habitants.
Le delta du Nil et surtout le cordon littoral connaissent une moins  
grande sécheresse. Pendant l’hiver, de violentes ondées transforment  
la région en marécages, mais ces précipitations restent encore assez  
rares (la moyenne au Caire est de six jours de pluie par an). Alexandrie  
est la ville égyptienne qui reçoit le plus de précipitations, environ 19  
cm/an, tandis qu'Assouan ne reçoit qu'environ 10 mm tous les cinq ans.
Au printemps, sévit assez souvent le khamsin, un vent sec, chaud et  
très poussiéreux, souffle brulant des déserts du sud-est. À la vitesse  
de 150 km/h, il arrache les feuilles des arbres et donne au ciel une  
teinte orange foncé ; l'air se charge de poussière ce qui rend la  
respiration oppressante. Pendant ces cinquante jours (d'où le nom de  
cette saison), l’Égypte connait quelques violents orages, autrefois  
symbolisés par le dieu Seth.
En été, la température est élevée, mais le soir une brise régulière du  
nord rafraichit l’atmosphère ; cette chaleur sèche est en fait plus  
supportable qu’une chaleur humide.
Ce grand soleil, cette chaleur sèche n’ont pas été sans influer sur les  
mœurs des anciens Égyptiens : le besoin de vêtements ne se faisait  
guère sentir, mais la perruque était utile pour se protéger des rayons  
du soleil ; les bains et les soins de la toilette rafraichissaient  
l’épiderme, tandis que les fards, les cosmétiques, les parfums  
protégeaient la peau et les yeux de la réverbération solaire, et  
masquaient l’odeur de la transpiration.
C’est aussi pour recueillir quelque fraicheur que l’on construisait en  
briques épaisses, que l’on travaillait sous les vérandas et que les gens  
aisés cachaient leurs demeures dans la verdure des jardins.